Sarko et la promesse du rebond industriel

Publié le

Sarko et la promesse du rebond industriel

C'était il y a quatre ans, en janvier 2010, à l'occasion du discours de clôture des Etats généraux de l'industrie par Nicolas Sarkozy. Le Président de la République fixait l'objectif, largement repris alors, d'augmenter la production industrielle française de 25% en volume d'ici 2015. L'Elysée fixait aussi l'objectif d'accroître de plus de 2 % la part de la France dans la valeur ajoutée industrielle européenne d'ici à 2015, et rendre la balance commerciale industrielle de la France durablement positive en 2015.

Nouveau produit d'épargne pour financer l'industrie, 5,5 milliards d'euros alloués aux entreprises innovantes, aux transports et à l'espace, 500 millions d'euros de prêts bonifiés «verts», 300 millions d'euros pour la «structuration des filières» industrielles et 200 millions de «prime à la relocalisation»... Les leviers étaient nombreux et se voulaient ambitieux.

Las, à un an de l'échéance, l'état des lieux est sans appel. Certes, la production industrielle avait commencé à rebondir en 2010 (+4,8%) et en 2011 (+2%). Mais elle a baissé de 2,2% en 2012, et reculé de 0,4% en 2013. Au global, la production reste inférieure de 16,2% à son niveau de 2007 et la balance commerciale industrielle reste lourdement déficitaire... Certains diront que le changement de majorité rend l'objectif caduque. Reste qu'a posteriori, l'objectif ressemble davantage à de la poudre aux yeux qu'à de l'ambition bien placée. Or c'est ce genre de petites promesses irréalistes qui font mal à la parole politique...

Commenter cet article