Que pèsent vraiment les manifs du 1er mai?

Publié le

Que pèsent vraiment les manifs du 1er mai?

210.000 manifestants pour la CGT, 100.000 pour la Police... Cette année encore, les manifestations du 1er mai dans toute la France ont donné lieu à des comptages du genre élastiques. Quoiqu'il en soit, le cru 2014 restera faible comparé à ces dernières années. Petit rappel en chiffres (France entière)

2013 : 160.000 (syndicats), 97.000 (police)

2012 : 750.000 (syndicats), 316.000 (police)

2011 : 115.000 (syndicats), 77.000 (police)

2010 : 350.000 (syndicats), 195.000 (police)

2009 : 1.200.000 (syndicats), 465.000 (police)

2008 : 200.000 (syndicats), 120.000 (police)

2005 : 100.000 (syndicats), 72.000 (police)

Conjoncture économique, union ou division des syndicats (CGT et CFDT ne manifestaient pas ensemble cette année), calendrier (moins de volontaires quand le 1er mai tombe un dimanche)... Les raisons des yoyos sont nombreuses. Dans tous les cas, le 1er mai reste une vitrine rentable pour les syndicats tant ils bénéficient d'une couverture médiatique forte (pas d'activité politique ou économique).

Si 2009 (1,2 millions de manifestants en pleine crise économique) et 2002 (1,5 million pour dénoncer l'accession de Jean-Marie Le Pen au second tour de la Présidentielle), avaient fait le plein, nombre de crus ne souffrent pas la comparaison avec d'autres manifestations (retraites, Manif pour tous, jeunes...). On comprend que d'autres essaient de tirer partie de cette vitrine , que ce soit le FN, qui en fait son rendez-vous annuel, ou Nicolas Sarkozy le 1er mai 2012, qui avait revendiqué 200.000 manifestants au Trocadéro.

Commenter cet article